Comment aider votre enfant à réussir dans ses études

Comment aider votre enfant à réussir dans ses études

Comment aider votre enfant à réussir dans ses études

Dans le jeu de l’école, où la pression et les enjeux sont élevés, il peut être difficile de savoir quelles stratégies parentales favorisent réellement l’apprentissage. Une expérience réussie à l’école ne se résume pas aux bulletins scolaires. Dans l’idéal, votre enfant doit apprendre à apprendre, à retenir des informations, à penser de manière indépendante, à poser des questions et à développer un sentiment croissant de compétence. Voici quelques conseils pour vous assurer de partir du bon pied et de maintenir l’enthousiasme et l’élan tout au long de l’année scolaire.

1. KEY VALUES

Il y a tellement de choses à penser à chaque année scolaire, mais par-dessus tout, ces règles simples peuvent vous aider à rester concentré sur ce qui est le plus important : aider votre enfant à réussir sur le plan scolaire.

Valoriser le processus plutôt que le produit

Les très jeunes enfants sont naturellement poussés à apprendre et à explorer. Ils sont au tout début de leur quête perpétuelle de compréhension et de maîtrise du monde qui les entoure. En tendant la main, en tombant et en se relevant, ils acquièrent un sentiment accru de maîtrise, de compétence et d’efficacité personnelle. Quelque part autour de la maternelle, cependant, les parents et les enseignants commencent à saper ce processus en dévalorisant le processus d’apprentissage et en le remplaçant par une course effrénée aux produits finis. Soudain, les motivations intrinsèques que sont la curiosité naturelle, la compétence et l’efficacité personnelle sont moins importantes que les motivations extrinsèques telles que les autocollants, les points et les notes. Malheureusement, les motivations extrinsèques sapent le désir d’apprendre des enfants sur le long terme. Si vous souhaitez que vos enfants restent curieux et avides de maîtrise, voici quelques conseils qui peuvent aider votre enfant à réussir sur le plan scolaire :

  • Ne mettez pas les bulletins de notes sur les médias sociaux ni sur le réfrigérateur. Nous pouvons dire à nos enfants que nous apprécions l’apprentissage autant que nous le voulons, mais lorsque nous nous extasions devant les notes et que nous les collons sur le réfrigérateur, nous leur montrons que ce que nous apprécions le plus, ce sont les notes. Bien sûr, la plupart des parents s’en tiennent aux notes, même si elles sont des indicateurs imparfaits et incomplets de l’apprentissage, ainsi que ce que l’on appelle une “motivation extrinsèque”, dont il a été démontré qu’elle réduit la motivation à long terme, sape la créativité et encourage la tricherie. Certaines écoles ont abandonné les notes basées sur des lettres et utilisent des rapports axés sur des évaluations basées sur la maîtrise ou les normes, ce qui peut aider les parents et les enfants à se concentrer sur ce qui est appris plutôt que sur une note. Quel que soit le type de rapport que votre enfant reçoit, le fait de s’en vanter humblement sur les médias sociaux ne fait qu’alimenter la compétition parentale, augmenter la pression pour les enfants et leur apprendre que votre amour et votre approbation dépendent du contenu de leur bulletin.

  • Concentrez-vous sur le processus qu’ils ont utilisé pour obtenir cette note. Lorsque nous investissons moins d’énergie et d’émotions dans le chiffre ou la lettre en haut de la page, nous pouvons commencer à poser à nos enfants des questions telles que : “Qu’as-tu fait pour obtenir cette note ? Quelles sont les techniques d’étude qui ont fonctionné pour toi et celles qui n’ont pas fonctionné ? Que feras-tu différemment la prochaine fois ?
  • Regardez vers l’avant, pas vers l’arrière. La meilleure question que les parents peuvent poser lorsqu’ils sont confrontés à une note, qu’elle soit élevée ou basse, est la suivante : Comment vas-tu utiliser cette expérience pour être meilleur la prochaine fois ? Cette technique fonctionne particulièrement bien pour les enfants anxieux et excessivement perfectionnistes, car ils peuvent rester coincés dans une boucle de rétroaction négative, en étant totalement obsédés par les chiffres et les notes. En les aidant à se concentrer à nouveau sur le processus, on peut atténuer cette anxiété, surtout si on les aide à donner la priorité aux aspects de l’apprentissage qu’ils peuvent contrôler.

Privilégier les objectifs aux notes 

Une façon simple de s’investir dans le processus est de se fixer des objectifs, à la fois individuellement et en famille. Essayez de le faire au début d’une nouvelle année scolaire, au premier du mois ou au début d’une nouvelle saison.  Gardez la discussion légère et sans pression. Ce processus ne vise pas à obtenir de meilleures notes, mais à soutenir l’apprentissage en famille.

Tout le monde (oui, cela signifie aussi les parents) se fixe trois objectifs à court terme, réalisables et axés sur des tâches et des améliorations que vous pouvez contrôler. Par exemple, “Je vais avoir tous les A ce semestre” est trop vaste et trop difficile à contrôler. Essayez plutôt “Je vais demander de l’aide en maths plus souvent”, “Je vais planifier une séance d’aide supplémentaire par semaine” ou “Je vais pratiquer mes multiplications trois fois de plus ce mois-ci”.

Garder une perspective à long terme

L’éducation et la parentalité sont toutes deux des entreprises de longue haleine, et les améliorations ne sont pas quotidiennes.

  • Ne vivez pas dans l’urgence quotidienne de ce devoir ou de ce test. Réfléchissez plutôt à ce que vous aimeriez que votre enfant soit dans un an ou dans cinq ans en termes de compétences et de croissance. Qu’est-ce qui est le plus important pour vous, que vous remettiez à votre enfant son devoir de mathématiques oublié aujourd’hui ou qu’il développe une stratégie pour ne pas oublier son devoir de mathématiques demain ?

2. LES AIDER À TROUVER UN ÉQUILIBRE

Les enfants ont un emploi du temps surchargé, les familles sont constamment pressées, mais quelques pauses stratégiques dans la journée de votre famille peuvent faire une énorme différence et aider votre enfant à réussir sur le plan scolaire.

Aidez les enfants à créer de bonnes routines efficaces

Présentez aux enfants les matins, les corvées et les devoirs comme un problème à résoudre ensemble. Dans un moment de calme, dites : “Vous savez, les matins sont vraiment agités ici et il est difficile pour chacun de se rappeler de sortir avec tout ce dont il a besoin. Comment penses-tu que nous pouvons rendre les matins plus faciles et plus heureux ?”

Les enfants sont plus susceptibles de s’en tenir à un plan qu’ils ont eux-mêmes créé. L’adhésion est plus fréquente lorsque les enfants participent à la création de stratégies, et il est parfois plus important d’être fonctionnel et efficace que d’avoir raison.

Essayez de demander : “À quoi ressemblerait votre routine matinale idéale ?” ou “À quoi ressemblerait pour vous une journée de devoirs parfaite ?”, puis aidez-les à trouver des moyens de concrétiser ces visions.

Encouragez les bonnes habitudes d’étude

  • Veillez à ce qu’il y ait du calme à la maison. Le fonctionnement multitâche est un mythe, surtout pour les enfants. Éteignez la télévision, et s’ils aiment jouer de la musique, des études montrent que la musique avec des paroles nuit à la concentration et à la productivité.
  • Demandez à vos enfants à quoi ressemblerait la routine idéale pour leurs devoirs. Aidez-les à créer leur planning d’étude pour les aider à mieux organiser leur temps et à respecter les délais. Certains enfants voudront peut-être faire une pause après l’école pour dépenser leur énergie, d’autres voudront d’abord faire leurs devoirs pour pouvoir jouer librement. Laissez-les aussi choisir l’espace. Ce n’est pas parce que vous avez imaginé un lieu d’étude central dans votre maison lorsque vous l’avez conçue que ce sera leur endroit préféré.
  • Limitez les téléphones pendant les heures de devoirs. Selon une étude, les téléphones sont une source de distraction lorsqu’ils sont dans la pièce, même s’ils sont éteints. S’ils sont une source de distraction pour les adultes, dont les compétences en matière de fonctions exécutives ont atteint leur pleine maturité, ils le sont encore plus pour les enfants, dont les lobes frontaux (et les compétences en matière de fonctions exécutives qui en découlent) n’atteindront leur pleine maturité qu’au milieu de la vingtaine.

3. LA COMMUNICATION ENTRE L'ÉCOLE ET LA MAISON

Lorsque les élèves, les parents et les enseignants communiquent ouvertement et honnêtement entre eux sur ce qui se passe à la maison et en classe, chacun peut rester concentré sur l’apprentissage.

Maintenir ouvertes les lignes de communication entre l’école et la maison

Les recherches sont claires : l’implication de la famille et une communication positive entre la maison et l’école ont été associées à une amélioration des notes, à un comportement et une attitude positifs à l’égard de l’apprentissage, à une participation et une assiduité accrues. Commencez par découvrir comment l’enseignant de votre enfant souhaite être contacté, et respectez ses préférences en vous en tenant à cette méthode.

Lorsque quelque chose se présente, adressez-vous d’abord à l’enseignant, et non au directeur. C’est injuste, tant pour le directeur que pour l’enseignant. De plus, le directeur n’était probablement pas présent dans la classe de votre enfant pour assister aux événements en question, ce qui le met dans une position délicate.

4. TRAVAILLER AVEC LEUR CORPS, PAS CONTRE EUX

Comme les meilleurs apprentissages se font dans le contexte d’un cerveau et d’un corps sains, voici quelques moyens de s’assurer que les enfants sont prêts et capables d’apprendre.

Le lien entre le sommeil et l’apprentissage

Le sommeil fait partie intégrante de l’apprentissage et de la consolidation de la mémoire, alors donnez la priorité au sommeil sur les autres activités. Si votre enfant ne fait ses devoirs que tard, réfléchissez à ce que l’emploi du temps familial peut changer pour en faire une priorité. Parlez des horaires avant de vous engager dans une nouvelle activité extrascolaire.

Les enfants d’âge scolaire ont besoin de 9 à 11 heures de sommeil chaque nuit pour être en bonne santé physique et mentale. Les adolescents ont besoin de 8 à 10 heures de sommeil. Or, des études montrent que leur temps de sommeil est bien inférieur à cela. Cela est dû en partie à deux changements de développement pendant l’adolescence :

  • Retard de la phase de sommeil. Lorsque les adolescents vous disent qu’ils n’ont tout simplement pas sommeil la nuit, ils ne mentent pas. En raison d’un changement de leur rythme circadien à l’adolescence, ils se fatiguent plus tard que les enfants et les adultes. C’est pourquoi l’Académie américaine de pédiatrie recommande aux écoles secondaires de ne pas commencer plus tôt que 8 h 30 afin de tenir compte du retard de la phase de sommeil des adolescents et de promouvoir leur santé mentale et physique.
  • Une moindre conscience de la fatigue. Les adolescents sont également moins susceptibles de ressentir les effets de leur manque de sommeil, ce qui peut les conduire à s’endormir à l’école ou, pire, au volant d’une voiture.

N’oubliez pas que le “rattrapage” pendant le week-end ne fonctionne pas, car il peut perturber davantage les rythmes circadiens des enfants, ce qui aggrave le problème.

La National Sleep Foundation recommande aux adolescents de tenir un journal du sommeil pour mettre noir sur blanc la réalité de leurs habitudes de sommeil. Il est difficile de prétendre que vous dormez suffisamment lorsque les chiffres racontent une histoire différente.

Si votre enfant vous demande “juste une heure de plus” pour faire ses devoirs ou se préparer à un examen, vous pouvez lui dire que, toutes choses égales par ailleurs, une heure de sommeil supplémentaire sera probablement plus utile pour la consolidation de la mémoire qu’une heure d’étude supplémentaire.

Comment fonctionne le cerveau des enfants

Jusqu’à récemment, les scientifiques pensaient que le cerveau des enfants avait fini de se développer à l’âge de 10 ans et qu’il était donc mature à cet âge. Cela ne pourrait pas être plus éloigné de la vérité. Le cerveau des enfants est encore en train de se développer au niveau cellulaire, dans un processus qui ne s’achèvera pas avant le milieu de la vingtaine.

Le cerveau des enfants se développe par à-coups, avec une première période de croissance et de développement massifs entre 1 et 3 ans, et une seconde à l’adolescence (entre 11 et 25 ans environ). Au cours de ces périodes de changement intense, on dit que leur cerveau est très “plastique”, c’est-à-dire qu’il s’adapte et se développe rapidement en fonction de son environnement.

Une plus grande plasticité du cerveau signifie également un potentiel d’apprentissage accru, car les cellules cérébrales passent de l’état immature et inefficace de “matière grise” à l’état plus mature et efficace de “matière blanche”, tout en construisant jusqu’à 100 000 nouvelles synapses par seconde. Les cellules cérébrales communiquent entre elles par l’intermédiaire des synapses, et c’est une situation du type “utilisez-les ou perdez-les”. Plus les cellules cérébrales communiquent entre elles via ces nouvelles connexions, plus le potentiel de traitement et d’apprentissage du cerveau est élevé.

La dernière partie du cerveau à mûrir est le lobe frontal, où l’organisation, la gestion du temps et toutes les autres fonctions exécutives se développent. Les collégiens et les lycéens ne peuvent pas gérer tous les défis que l’école et la société leur lancent, alors soutenez-les lorsqu’ils essaient, échouent et réessayent.

Nos services de cours particuliers offrent d’excellents professeurs à domicile et en ligne, en mathématiques, en sciences, en physique, en allemand, en français, en anglais, et plus encore. Nous vous aidons à améliorer vos notes, à maîtriser une compétence ou à aller au-delà du programme d’études. Nos professeurs maîtrisent les programmes du diplôme du IB, de l’IGCSE, de l’AP et du Gymi. Trouver les Meilleurs Professeurs Particuliers et Cours Particuliers.

Good Tutors Finder est disponible partout Suisse, y compris à Zurich, Bâle, Berne, Zoug, Genève et Lausanne.et dans toutes les autres villes.

Partager, c'est aimer!

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire