Conseils pour apprendre les sciences

Conseils pour apprendre les sciences

Une meilleure compréhension du fonctionnement, des capacités et des limites de notre cerveau nous permet d’améliorer constamment nos capacités d’apprentissage. 

Cet article partage certaines des percées les plus significatives réalisées par la recherche récente sur la science de l’apprentissage, fournissant des indications précieuses sur la façon d’utiliser au mieux votre cerveau sans gaspiller d’énergie.

8 découvertes cruciales sur l'apprentissage

Le cerveau est peut-être le plus mystérieux de nos organes. Et pendant longtemps, nous avons vraiment mal compris ce qu’il est et comment il fonctionne.

Nous sommes encore loin de tout comprendre à son sujet, mais nous avons fait une tonne de percées très importantes au cours des dernières décennies. C’est particulièrement vrai pour l’apprentissage : nous comprenons désormais beaucoup mieux comment nous apprenons, organisons, mémorisons et récupérons les informations.

Explorons ce que nous savons sur la façon dont les étudiants apprennent afin que vous puissiez concevoir pour vos étudiants (ou pour vous-même) le programme d’étude le plus efficace :

1. Plus d'informations ne signifie pas plus d'apprentissage

Le traitement des informations nécessite des ressources. Cela signifie que le cerveau doit faire un travail pour comprendre. C’est la raison pour laquelle vous ne pouvez pas simplement présenter plus d’informations à vos élèves et vous attendre à ce qu’il y ait une augmentation linéaire correspondante de l’apprentissage.

Les spécialistes du cerveau appellent “surcharge cognitive” le moment où le cerveau d’une personne est submergé par de nouvelles informations. Une trop grande quantité d’informations nouvelles entraîne une surcharge cognitive qui, en fin de compte, réduit l’apprentissage.

Comment réduire la surcharge cognitive ? Il existe deux méthodes principales.

  • La méthode quantitative. Ici, vous fournissez simplement moins de nouvelles informations. Vous permettez aux élèves de comprendre la majeure partie de ce qu’ils apprennent avant de leur présenter de nouvelles informations.
  • La méthode qualitative. Dans ce cas, vous modifiez la façon dont vous présentez l’information afin qu’elle soit moins écrasante.

2. Les émotions influencent la capacité d'apprentissage

L’apprentissage est influencé par un certain nombre de facteurs. Il ne s’agit pas seulement de l’intelligence d’une personne, mais aussi de ce qu’elle ressent. Les recherches démontrent que nos émotions influencent tout : la façon dont nous percevons les informations, l’attention que nous leur portons, la façon dont nous nous en souvenons et la façon dont nous résolvons les problèmes. Cela est particulièrement vrai pour les enfants, qui sont moins à même de réguler leurs émotions.

Les pires états émotionnels pour l’apprentissage sont l’anxiété, le stress, la honte ou la peur. Ces émotions activent le système limbique. L’activation du système limbique semble interférer avec la façon dont la mémoire est générée. C’est pourquoi nous développons la confiance avec les enfants et créons des environnements d’apprentissage sûrs. Non seulement les enfants se sentent plus à l’aise, mais ils apprennent aussi mieux.

3. Les erreurs sont une partie essentielle de l'apprentissage

Personne ne vise l’échec. C’est une chose que nous voulons généralement éviter. Certes, en tant qu’enseignant, vous espérez que tous vos élèves réussissent leurs examens. Mais la science de l’apprentissage nous montre que faire des erreurs est en fait essentiel pour apprendre. Nous n’apprenons pas tous à faire du vélo dès la première fois que nous montons dessus – nous nous améliorons avec la pratique. Il en va de même pour les matières scolaires : faire des erreurs est essentiel au processus d’apprentissage.

En outre, la pression exercée pour réussir peut empêcher l’apprentissage. Certaines recherches montrent que les élèves apprennent et obtiennent de meilleurs résultats lorsqu’on leur dit que l’échec est un élément normal et attendu de l’apprentissage. Cela peut s’expliquer en partie par le fait que le fait de ressentir moins de pression entraîne de meilleures performances. Il se peut aussi que, lorsque nous mettons l’accent sur les erreurs, les élèves se concentrent sur ces erreurs plutôt que sur ce qu’ils devraient apprendre.

4. Le cerveau a besoin de nouveauté

L’ennui ne tue peut-être pas vos élèves, mais il peut tuer leur attention et leur volonté d’apprendre. En tant qu’enseignants, nous répétons souvent la matière parce que nous savons que “c’est en forgeant qu’on devient forgeron” (ou, comme j’aime mieux le dire, “c’est en forgeant qu’on progresse”).

Mais il s’avère que ce que le cerveau recherche vraiment, c’est la nouveauté. La nouveauté, c’est-à-dire le fait d’être exposé à des idées et des choses nouvelles, libère de la dopamine, une substance neurochimique qui fait partie du centre du plaisir de notre cerveau. Nous trouvons cela gratifiant. Il s’avère que la dopamine joue un rôle énorme dans la motivation pour l’apprentissage. Cela ne veut pas dire que nous ne devons pas demander à nos élèves de pratiquer les mêmes choses, mais le fait de pratiquer d’une manière nouvelle peut améliorer les résultats de l’apprentissage.

5. Les styles d'apprentissage n'ont pas autant d'importance que nous le pensions.

Vous vous souvenez de tous ces trucs sur l’apprentissage visuel, auditif et kinesthésique. Vous avez probablement même participé à une activité ou à un test qui était censé “diagnostiquer” votre style d’apprentissage. Cette idée nous paraissait logique : certaines personnes peuvent mieux apprendre si elles apprennent de différentes manières. Nous nous sommes accrochés à cette idée pendant des décennies.

S’il est vrai que nous avons des préférences en matière d’apprentissage (certaines personnes préfèrent lire plutôt qu’écouter), il s’avère que l’idée que ces préférences conduisent à un meilleur apprentissage n’est pas vraiment prouvée. Les styles d’apprentissage peuvent tout simplement ne pas fonctionner.

Cela ne signifie pas que toutes les activités d’apprentissage sont identiques. De nombreuses études scientifiques sur l’apprentissage montrent que certaines techniques sont beaucoup plus efficaces que d’autres. Par exemple, le rappel actif, qui consiste à faire appel à son cerveau pour chercher une réponse, est beaucoup plus efficace que la relecture, le surlignage, la cartographie conceptuelle ou la reconnaissance de la bonne réponse lors d’un rappel ultérieur.

De même, il est préférable de répartir l’apprentissage dans le temps plutôt que de tout ingurgiter d’un coup (mais vous le saviez déjà).

[ Article connexe : La manière la plus efficace d’étudier ]

6. Le cerveau fonctionne selon le principe "on l'utilise ou on le perd"

Ce principe est lié au déplacement du cerveau. Il construit et reconstruit constamment des voies neuronales. Les voies qui sont utilisées le plus souvent deviennent plus fortes et mieux établies. Les voies qui ne sont pas utilisées sont reconstruites.

C’est la raison pour laquelle votre français se rouille si vous ne l’utilisez pas ou pourquoi il vous faudra du temps pour résoudre un problème d’algèbre si vous n’en avez pas fait depuis longtemps. Avec le cerveau, le vieil adage est vrai : si vous ne l’utilisez pas, vous le perdez.

Qu’est-ce que cela signifie pour votre enseignement ? Cela signifie que vos élèves doivent répéter la matière avant de l’oublier.

L’un des concepts les plus importants issus de la science de l’apprentissage est la répétition espacée. La répétition espacée est l’idée selon laquelle vous espérez l’apprendre de manière à répéter quelque chose juste avant que vous ne l’ayez oublié. C’est le meilleur moyen d’optimiser l’apprentissage et la mémorisation. C’est pourquoi nos flashcards sont construits sur un algorithme de répétition espacé.

7. Nous apprenons ensemble - c'est social

Il est vrai que certains étudiants préfèrent s’asseoir en vase clos dans un coin tranquille de la bibliothèque. Mais la majorité des gens apprennent bien mieux lorsque cet apprentissage se fait dans le cadre d’une interaction sociale.

La collaboration avec des pairs permet d’obtenir de bien meilleurs résultats d’apprentissage. Cela se reflète également dans les études d’imagerie cérébrale : lorsque des informations sont présentées par d’autres personnes de manière multisensorielle, les neuroimages montrent que plusieurs réseaux neuronaux fonctionnent ensemble au même moment. D’autres recherches encore montrent que nous apprenons très efficacement des informations par le biais d’indices sociaux, comme le fait de se souvenir des paroles des autres ou d’imiter leurs actions.

8. C'est en enseignant que l'on apprend le mieux

Si vous êtes enseignant, vous connaissez cette phrase : on ne comprend jamais aussi bien quelque chose qu’après l’avoir enseigné. Des études le prouvent : enseigner aux autres est l’une des méthodes d’étude les plus efficaces.

Cela suggère que pour apprendre quelque chose de nouveau ou étudier pour un examen, les étudiants prennent leur sujet, puis l’écrivent comme s’ils enseignaient à quelqu’un d’autre – même un enfant. Trouver comment expliquer quelque chose de complexe en utilisant un langage simple, non jargonnant, et de manière brève, consolide l’apprentissage déjà acquis et identifie les lacunes dans les connaissances.

Comprendre comment les élèves apprennent est l’un des moyens les plus importants de s’assurer que leur apprentissage est efficace. Cela peut vous permettre de vous concentrer sur les activités qui amélioreront réellement l’apprentissage et sur celles qui ne seront pas très utiles.

Si vous souhaitez tout de même que votre enfant bénéficie d’un professeur particulier après l’école, qui puisse l’aider à structurer et à organiser son travail, nous avons ce qu’il vous faut. Chez Good Tutors Finder, nous n’avons que des professeurs particuliers triés sur le volet qui connaissent bien ces stratégies et d’autres et qui peuvent les appliquer, qu’il s’agisse du diplôme du IB, de l’IGCSE, de l’AP ou des classes inférieures. Mathématiques, sciences, physique, allemand, français, anglais et autres, quelle que soit la matière difficile, nos professeurs particuliers peuvent vous aider.

Nos professeurs particuliers sont disponibles partout Suisse, y compris à Zurich, Bâle, Berne, Zoug, Genève et Lausanne.et dans toutes les autres villes.

En savoir plus et réservez votre professeur particulier dès aujourd’hui !

Partager, c'est aimer!

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire