Des conseils étonnants pour inciter les enfants à faire leurs devoirs

Des conseils étonnants pour inciter les enfants à faire leurs devoirs

Les parents ont souvent l’impression que c’est à eux de faire en sorte que leurs enfants réussissent à l’école. Naturellement, cette responsabilité peut vous inquiéter en tant que parent. Vous pouvez également vous inquiéter de la réussite de vos enfants dans la vie, et les devoirs sont souvent au centre de cette préoccupation.

Mais lorsque les parents estiment qu’il est de leur responsabilité de faire réussir leurs enfants, ils ont maintenant besoin de quelque chose de la part de leurs enfants – ils ont besoin qu’ils fassent leurs devoirs et qu’ils réussissent. Je crois que ce besoin vous place dans une position d’impuissance en tant que parent, car votre enfant n’est pas obligé de vous donner ce que vous voulez.

La bataille pour les devoirs devient en fait une bataille pour le contrôle. Votre enfant commence à se battre pour avoir plus de contrôle sur les choix de sa vie, alors que vous pensez que votre rôle de parent est de contrôler les choses. Vous vous battez donc tous les deux plus durement, et cela se transforme en une guerre dans votre foyer.

Donc, au lieu de vous battre tous les soirs avec vos enfants sur les tables de multiplication et la conjugaison des verbes, essayez d’adapter votre approche à leur tempérament.

Cela fait deux heures que vous êtes assis avec votre enfant, que vous ne lui parlez que sur un ton apaisant (tout en réfléchissant aux pots-de-vin qui pourraient fonctionner), espérant désespérément qu’il va miraculeusement passer trois pages supplémentaires de problèmes de mathématiques sans faire une nouvelle crise.

À moins que vous n’ayez la chance d’avoir un enfant hyper-organisé, méthodique et toujours motivé (nous ne sommes pas du tout jaloux), vous connaissez parfaitement la douleur et la frustration des devoirs. Existe-t-il un moyen d’éviter tout ce drame ?

Vous trouverez ci-dessous une liste de conseils étonnants pour faire faire leurs devoirs à vos enfants.

1. Arrêtez les disputes nocturnes

La façon dont vous pouvez arrêter de vous disputer avec vos enfants à propos des devoirs tous les soirs est d’arrêter de vous disputer avec eux ce soir. Désengagez-vous de la danse. Choisissez des pas différents ou décidez de ne pas danser du tout. Laissez les devoirs à leur place, entre l’enseignant et l’élève. Restez concentré sur votre travail, qui est d’aider votre enfant à faire son travail. Ne le faites pas à sa place.

2. Faites une pause

Si vous vous sentez réagir ou être frustré, faites une pause et n’aidez pas votre enfant à faire ses devoirs. Votre tension artérielle en hausse n’est pas gagnante pour tout le monde. Prenez cinq ou dix minutes pour vous calmer, et laissez votre enfant faire de même si vous sentez la tempête poindre.

3. Structurez le temps consacré aux devoirs

Fixez des limites à l’heure des devoirs. Voici quelques possibilités que j’ai trouvées efficaces auprès des familles :

  • Les devoirs sont faits à la même heure chaque soir
  • Les devoirs sont faits dans une zone publique de votre maison
  • Si les notes sont mauvaises ou en baisse, supprimez le temps d’écran pour que votre enfant puisse se concentrer sur son travail et avoir plus de temps pour le faire
  • Faites en sorte que les activités du week-end n’aient pas lieu tant que le travail n’est pas terminé. Les devoirs passent en premier. Comme le dit James Lehman, “Le week-end ne commence pas tant que les devoirs ne sont pas faits.”

4. Sortez de la “boîte” de votre enfant

Lorsque vous commencez à vous concentrer sur le travail de votre enfant, faites une pause et pensez à vos propres objectifs. Quels sont vos objectifs de vie et quels sont les “devoirs” que vous devez faire pour les atteindre ? Donnez l’exemple de votre propre persévérance et de votre persévérance à votre enfant.

5. Laissez votre enfant faire ses propres choix

Je recommande que, dans le cadre des paramètres que vous fixez pour le travail scolaire, votre enfant soit libre de faire ses propres choix. Vous devez vous retirer un peu en tant que parent. Sinon, vous ne l’aiderez pas à assumer ses responsabilités.

Si vous prenez trop le contrôle de la situation, cela se retournera contre vous en se transformant en une lutte de pouvoir. Et croyez-moi, vous ne voulez pas d’une lutte de pouvoir pour les devoirs.

6. Laissez votre enfant assumer les conséquences de ses choix

Dans le cadre de la structure que vous avez mise en place, votre enfant a des choix à faire. Il peut choisir de faire ses devoirs ou non. Et il peut choisir de les faire bien et avec effort ou non. Les conséquences naturelles découleront des choix qu’il fait : s’il choisit de ne pas faire ses devoirs, ses notes baisseront.

Lorsque cela se produira, vous pourrez lui poser des questions honnêtes :

“Êtes-vous satisfait de la façon dont les choses se passent ?”

“Que voulez-vous faire pour votre situation scolaire ?”

“Comment puis-je vous être utile ?”

Veillez à ne pas être hargneux ou à ne pas porter de jugement, posez simplement la question honnêtement. Montrez une préoccupation honnête et essayez de ne pas montrer votre déception.

7. Intervenir sans prendre le contrôle

On attend de votre enfant qu’il fasse ses devoirs au mieux de ses capacités. Lorsqu’il cesse de faire des efforts et que vous voyez ses notes chuter, c’est là que vous devez intervenir. Vous pouvez dire :

“Maintenant, c’est à moi de t’aider à mieux faire ton travail. Je vais t’aider à mettre en place un plan pour t’aider et je vérifierai que tu le suis.”

Mettez en place un plan avec la participation de votre enfant afin de le remettre sur pied. Par exemple, les nouvelles règles pourraient être que les devoirs doivent être faits dans un endroit public de votre maison jusqu’à ce que ses notes remontent. Vous et votre enfant pourriez rencontrer l’enseignant pour discuter des mesures disciplinaires à prendre si ses notes continuent de baisser.

En d’autres termes, vous aiderez votre enfant à se remettre sur la bonne voie en mettant en place un plan concret. Et lorsque vous verrez ce changement, vous pourrez alors vous retirer de la situation. Mais avant cela, votre enfant va s’asseoir dans un espace public et vous allez travailler sur ses mathématiques ou son histoire, peut-être ensemble.

Vous le surveillez aussi davantage. En fonction de l’âge de votre enfant, vous vous assurez que les choses sont cochées avant qu’il ne sorte. Vous ajoutez une demi-heure de révision pour ses matières chaque jour. Et puis, chaque jour après l’école, il consulte son professeur ou va chercher une aide supplémentaire.

N’oubliez pas que ce plan n’est pas une punition, mais un moyen pratique d’aider votre enfant à faire de son mieux.

8. “Les mauvaises notes ne m’intéressent pas”.

De nombreux parents disent que leurs enfants ne se soucient pas de leurs notes. En réalité, au fond d’eux-mêmes, ils s’en soucient. L’expression “Je m’en fiche” fait également partie d’une lutte de pouvoir.

En d’autres termes, votre enfant vous dit : “Je m’en fiche parce que tu ne peux pas me forcer. Ma vie ne t’appartient pas.” Et il a raison. La vérité, c’est que vous ne pouvez pas l’obliger à se soucier de vous. Concentrez-vous plutôt sur ce qui contribue à améliorer son comportement. Ne vous concentrez pas tant sur l’attitude que sur ce qu’il fait réellement.

9. La motivation vient de la propriété

Il est important de comprendre que l’attention et la motivation proviennent de la propriété. Vous pouvez aider votre enfant à être motivé en lui permettant de s’approprier davantage sa vie.

Laissez-le donc s’approprier sa déception concernant ses notes. Ne la ressentez pas plus que lui. Laissez-le choisir ce qu’il va faire ou ne pas faire pour ses devoirs et assumer les conséquences de ses choix. Il commencera alors à se sentir responsable de ses choix, ce qui pourrait le conduire à se sentir concerné.

Laissez-le découvrir ce qui le motive, et ne le laissez pas être motivé par la peur de vous. Guidez-le, mais ne l’empêchez pas de ressentir les conséquences réelles de ses mauvais choix, comme ne pas faire son travail. Pensez-y de la manière suivante : il vaut mieux que votre enfant apprenne ces conséquences à l’âge de dix ans en ratant son année et en devant suivre des cours d’été, plutôt qu’à l’âge de 25 ans en perdant son emploi.

10. Lorsque votre enfant a un trouble de l’apprentissage

Notez qu’il est très important que vous vérifiiez que le refus de votre enfant de faire ses devoirs ne s’accompagne d’aucun autre problème d’apprentissage. S’il a du mal à faire le travail ou si ses résultats sont inférieurs aux attentes du niveau scolaire, il faut lui faire passer un test pour exclure tout trouble d’apprentissage ou autre problème.

S’il s’agit d’un trouble de l’apprentissage, votre enfant peut avoir besoin d’une aide supplémentaire. Par exemple, certains enfants ont besoin d’un peu plus de conseils ; vous devrez peut-être vous asseoir près de votre enfant et l’aider un peu plus. Vous pouvez toujours mettre en place des structures en fonction de la personnalité de votre enfant.

Mais faites attention. Souvent, les enfants ayant des difficultés d’apprentissage reçoivent beaucoup trop d’aide et développent ce que les psychologues appellent l’impuissance acquise. Veillez à ne pas surcharger votre enfant ayant des difficultés d’apprentissage en faisant son travail à sa place ou en remplissant les réponses alors qu’il est capable d’y réfléchir lui-même.

11. La différence entre l’orientation et le sur-fonctionnement

Votre enfant a besoin que vous le guidiez, mais comprenez que cela ne signifie pas qu’il doive faire ses devoirs d’orthographe à sa place. Il s’agit plutôt de l’aider à réviser ses mots. Lorsque vous franchissez la limite du sur-fonctionnement, vous vous chargez du travail de votre enfant et vous lui confiez ses responsabilités. Vous voulez donc le guider en l’aidant à réviser lui-même son rapport de lecture ou en l’aidant à prendre le temps de réviser avant un test. Il peut s’agir de bonnes façons de guider votre enfant, mais tout ce qui va au-delà constitue une prise en charge excessive de son travail.

Si votre enfant demande de l’aide, vous pouvez l’accompagner. Suggérez-lui de parler avec son professeur de la façon d’être un bon élève, et enseignez-lui ces techniques de communication. En d’autres termes, montrez-lui comment s’aider lui-même. Vous ne devez donc pas vous retirer complètement, c’est ce juste milieu que vous recherchez. C’est pourquoi il est important de mettre en place une structure. Et dans le cadre de cette structure, vous attendez de votre enfant qu’il fasse ce qu’il doit faire pour être un bon élève.

12. Croyez en votre enfant

Commencez à croire en vos enfants. Ne continuez pas à considérer votre enfant comme une créature fragile qui ne peut pas faire le travail. Nous arrivons souvent à la table avec la peur et le doute – nous pensons que si nous n’aidons pas nos enfants, ils ne vont tout simplement pas y arriver.

Mais même si vous dites “J’essaie simplement de t’aider”, ce que votre enfant entend en réalité, c’est “Tu es un raté ; je ne crois pas que tu puisses y arriver tout seul”.

Au lieu de cela, votre message devrait être : “Je sais que tu peux le faire. Et je crois suffisamment en toi pour te laisser faire tes propres choix et en assumer les conséquences.”

Vous trouverez également ci-dessous une liste des “personnalités de devoirs” les plus courantes chez les enfants et la manière de gérer chacune d’entre elles.

1. Le procrastinateur

Votre enfant est au courant du projet de système solaire depuis trois semaines maintenant. Mais jusqu’à présent, il n’y a qu’un soleil en polystyrène à moitié peint, abandonné au sous-sol. En tant que parents, nous ne connaissons que trop bien la tentation de remettre le travail à plus tard, et il en va de même pour de nombreux enfants.

La première chose à vérifier est de savoir si votre enfant comprend la matière ou s’il est aux prises avec une difficulté d’apprentissage. Une fois cette hypothèse écartée, il est bon de se rappeler que les enfants trouveront à peu près tout beaucoup plus intéressant que les devoirs.

En outre, la plupart des enfants n’ont pas encore une idée précise du temps que prend une tâche. “Pourquoi devrais-je commencer à coller cette maison longue maintenant ? Ça ne prendra pas si longtemps !” (C’est ainsi que vous vous retrouvez blotti dans la cave à 22 h 30, loin d’avoir terminé).

Ce qu’il faut faire : Insistez sur le fait que les activités amusantes ne peuvent avoir lieu tant que les devoirs ne sont pas terminés. “Des choses comme jouer à des jeux vidéo ne peuvent être faites tant que les devoirs ne sont pas clairement terminés”. Il est également utile de diviser le travail en parties faciles à gérer. Par exemple, si votre enfant doit faire cinq pages d’addition la semaine prochaine, demandez-lui de faire une page par jour.

2. Le perfectionniste

Les enfants sensibles ou identifiés comme surdoués sont particulièrement enclins au perfectionnisme. Les parents disent souvent qu’ils savent que leurs enfants sont capables de faire le travail, “ils ne veulent pas s’aventurer dans cet état de vulnérabilité qu’est le devoir.” Les perfectionnistes, eux, y voient “l’occasion pour quelqu’un de braquer les projecteurs sur le fait qu’il n’a aucune idée de ce qu’il fait ou qu’il a l’impression que ce qu’il fait ne correspond pas à son idéal.” Il arrive qu’une personne commence un projet plusieurs fois – elle rejette sans cesse ses propres idées, en espérant que la prochaine sera parfaite.

Ce qu’il faut faire : Vaincre le perfectionnisme est tout sauf facile. En fait, il se peut que votre enfant soit toujours angoissé à l’idée de faire les choses correctement, et qu’il lui faille plus de temps que vous ne le pensez pour terminer son travail.

Essayez de garder l’accent sur le processus plutôt que sur le résultat.

3. Le démon de la vitesse

Pour certains enfants, plus vite ils font leurs devoirs, mieux c’est. Ils rentrent à la maison, sortent la feuille de devoir, écrivent quelques phrases rudimentaires et s’écrient : “C’est fait !”. Ils peuvent penser que c’est idiot d’écrire sur un livre qu’ils ont déjà lu et ils veulent passer le moins de temps possible à le ressasser. Ces problèmes de multiplication à deux chiffres étaient un jeu d’enfant en classe – pourquoi en faire une page supplémentaire à la maison ? Ils ont mieux à faire.

Ce qu’il faut faire : Le fait de passer en revue les devoirs avec vos enfants et de vérifier qu’ils sont corrects peut les aider à comprendre pourquoi il est important d’être minutieux.

4. Le rebelle

Votre enfant commence peut-être à voir le monde d’un œil plus critique, ou bien il a d’autres centres d’intérêt qui ne correspondent pas à ce qui est enseigné dans le programme scolaire. Dans tous les cas, il ne voit pas l’utilité de cette feuille de géométrie et n’a absolument aucun intérêt à explorer l’histoire de la musique folklorique canadienne-française. Les rebelles remettent en question l’utilité de presque tout.

Bien sûr, cela peut être un bon trait de caractère. Il est de plus en plus évident qu’à l’avenir, la recette du succès à l’âge adulte reposera sur “la pensée divergente, la pensée créative, le fait de sortir des sentiers battus et de ne pas attendre que quelqu’un vous dise quoi faire”. Mais si cette attitude commence à devenir problématique pour l’enseignant et que les notes en pâtissent, il est peut-être temps de revenir aux fondamentaux.

Ce qu’il faut faire : Continuez à mettre l’accent sur l’apprentissage. Aidez vos enfants à découvrir les nouvelles idées, les nouveaux concepts ou les nouvelles compétences qu’ils peuvent maîtriser. Voyez s’il y a moyen d’établir des liens entre leurs passions et le travail qu’ils font à l’école. Si, par exemple, vous parvenez à les persuader que l’apprentissage de la surface, du périmètre et du volume pourrait les aider à concevoir et à construire leur propre Faucon Millenium, vous ferez peut-être quelques progrès.

Résistez toutefois à l’envie d’offrir des récompenses ou des pots-de-vin. Même si vous ne faites que récompenser l’effort, cela crée une mauvaise dynamique dans laquelle l’objectif de l’enfant – qu’il s’agisse d’une crème glacée ou de plus de temps devant l’écran – devient le prix et non l’expérience d’apprentissage. Parfois, cela se résume à ce message : “Quels que soient les devoirs que tu as, tu dois juste les faire, tu n’as pas nécessairement besoin d’y mettre tout ton cœur et toute ton âme.”

5. L’oublieux

A-t-il écrit dans son agenda aujourd’hui ? “Oh non, j’ai oublié.” Quand est-ce que le projet de diorama doit être rendu ? “Je ne me souviens pas.” Où a-t-il mis la feuille de devoir pour le projet d’arbre généalogique ? “Je ne sais pas.”

Une partie de notre rôle en tant que parents est d’aider les enfants à développer leur sens de l’organisation, mais avec certains enfants, cela va nécessiter beaucoup de surveillance, de rappels et de cajoleries. Pour beaucoup d’enfants, la mémorisation et l’organisation sont des choses qu’ils ne peuvent pas faire, plutôt que des choses qu’ils ne veulent pas faire, en raison de leur immaturité.

Ce qu’il faut faire : Commencez par beaucoup de structure, de répétitions et de rappels. Au début, ne comptez pas sur votre enfant pour diriger le processus, car il n’a peut-être pas encore les compétences ou la maturité nécessaires pour faire face aux conséquences de ses actes. Aidez-le à prendre de bonnes habitudes en attachant une étiquette à son sac à dos avec une liste de tout ce qu’il doit se rappeler de ramener à la maison et en vérifiant ensemble son agenda à la fin de la journée. Une fois que ses compétences organisationnelles commencent à se développer, il est important de prendre du recul, afin de ne pas perpétuer une situation dans laquelle l’enfant dépend de vous pour se souvenir de tout à sa place. (Vous ne voulez pas finir par devenir l’assistant personnel permanent de votre enfant).

Faites-en une habitude

En tant que parents, nous apprenons rapidement que, quel que soit le défi parental, l’un de nos outils les plus efficaces consiste à aider les enfants à développer une routine. Cela s’applique également aux devoirs. Les experts recommandent aux enfants de s’asseoir à la même heure, au même endroit, tous les soirs, afin que le début des devoirs devienne aussi automatique que le bouclage d’une ceinture de sécurité.

Quand se retirer ?

Il ne fait aucun doute que les enfants bénéficient de votre implication dans le suivi de leurs devoirs et que vous les aidez à prendre de bonnes habitudes. Mais il ne faut pas trop s’impliquer. Si vous aidez trop, vous risquez de masquer un problème plus important. Si un enfant se voit confier un travail qu’il n’a tout simplement pas les compétences, les connaissances ou la compréhension nécessaires pour le faire, il n’y a vraiment aucun intérêt à ce qu’un parent comble les lacunes. Après tout, les enfants apprennent le plus lorsqu’ils trouvent eux-mêmes comment surmonter les obstacles. Les enseignants doivent savoir qu’un enfant a des difficultés à effectuer le travail ou qu’il n’est tout simplement pas prêt à le faire. Si vous pensez que votre enfant a la maturité et les outils nécessaires pour faire face à l’échec, la décision de ne pas intervenir peut parfois être la bonne et, de temps à autre, une réprimande de la part d’un enseignant peut être plus efficace qu’un harcèlement de votre part. Le message selon lequel nous devons parfois nous retirer peut être difficile à entendre pour certains parents.

Si vous souhaitez tout de même que votre enfant bénéficie d’un professeur particulier après l’école, qui puisse l’aider à structurer et à organiser son travail, nous avons ce qu’il vous faut. Chez Good Tutors Finder, nous n’avons que des professeurs particuliers triés sur le volet qui connaissent bien ces stratégies et d’autres et qui peuvent les appliquer, qu’il s’agisse du diplôme du IB, de l’IGCSE, de l’AP ou des classes inférieures. Mathématiquessciencesphysiqueallemandfrançaisanglais et autres, quelle que soit la matière difficile, nos professeurs particuliers peuvent vous aider.

Nos professeurs particuliers sont disponible partout Suisse, y compris à ZurichBâleBerneZougGenève et Lausanne.et dans toutes les autres villes.

En savoir plus et réserver votre professeur particulier dès aujourd’hui !

Partager, c'est aimer!

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire